Conteners
Conteners Réseau artistique mobile
2005
Radio
Artistes

Mariusz Grygielewicz

Oeuvres dèjà réalisées :

Frutti di mare, 2004-2005 Film vidéo de 22min.

extrait de scénario et vidéogrammes (...) Le narrateur de l’histoire parle avec une voix de quelqu’un qui est enrhumé car il est possédé par un canard. Le lien entre l’animal et l’homme est fondamental et profond. Il est amplifié par une relation entre animal et animation. Le narrateur veux tout animer. Il veux aussi réanimer la figure du héros comme Don Quichotte, Shweik, Frankenstein, Casanova, Don Juan, Zorro... mais surtout pas Ulysse car Ulysse est très conservateur, il n’aime pas les femmes. De plus la relation entre l’animal et l’homme est augmenté par une grande importance de l’acte d’amour partagé par les deux protagonistes de l’histoire. D’ailleurs le narrateur souhaite écrire un hymne d’union d’animaux de toutes sortes et origines. Le narrateur souhaite, en général, un monde parfait où tout sera libre, même les objets. Tout sera libre et nous travaillerons tous ensemble et nous ferons l’amour tous ensemble. We will work all together, and we will make love all together. I love you, we love you. I love you, we love you. Ce sont des paroles d’une chanson rock, mais nous ne savons pas laquelle et même si ce n’est pas vrais ça devrais pu être. La moral de l’histoire à retenir : Tout peut être recyclé pour le but révolutionnaire. L’alcool nous permet de se dévêtir plus facilement. Les habits enlevés et les bouteilles vides servent pour construire les cocktails Molotov. La musique entraîne et accélère les gestes tout en arrangeant un fond historique et culturel du mouvement. Le paysage et les femmes rendent tout innocent et beau. Les femmes transforment les garçons en chevalier et donnent le sens au travail. L’homme retrouve le sens des grands héros de l’histoire et gonfle.

2004-2005 Série de photos (100 x 75 cm), autoportraits à partir de photos historiques et de photos d’enfance, rectification de l’identité, un casting pour un remake de l’histoire ; réalisée sur le même principe que le document sonore intitulée Manifestation.

Manifestation, 1995-200 Document sonore de 10min, composé de multiples chansons, de bruits et d’ambiances de manifestation, enregistré à partir de ma voix démultipliée.

Bouchon existentiel Ethyl vrai, 2004 Projet d’installation. L’ensemble des éléments de cette installation, les objets, les images, la bande sonore, bégayent, se répètent, se doublent et redoublent. Tout rapport entre ces doublures devra demeurer ambigu, comme la perception de l’espace restera floue. Il n’y a pas de vision claire, il n’y a plus d’originaux, mais une succession de faux, où les masques se substituent définitivement au visage et le décor au paysage naturel, où des références enjolivent et piègent l’ensemble.

Champ de coquelicots, 2003, 2005 Installation de trois mille cocktails Molotov, dimension variable.

Échappée belle, 2002 Installation pour un troupeau de onze tables en fuite.

Arrangement 1 1996, 2001 Installations pour une classe.

Tout ce que vous voyez vous regarde, Les clandestins, 1995 Installation vidéo / performance interactive pour une ou deux personnes cachées sous la table. Le moniteur vidéo est posé sur la table couverte d’une nappe. La nappe s’arrête au milieu de pieds de la table. Le moniteur diffuse en direct l’image d’une personne cachée (le clandestin) sous la table. Cette personne cachée peut entendre et voir le public, (par un système de vidéo de surveillance). La seule séparation, entre elle et les spectateurs, étant la nappe et l’écran de moniteur. L’intérieur - espace vital - sous le plateau de la table, doit être suffisamment grand et confortable pour que la personne cachée puisse y loger, boire, manger, fumer et pour accueillir le dispositif technique.

Balançoire, sculpture minimaliste, théâtre pauvre 1996/2000 Balançoire sans vis-à-vis. Installation / objet, reprenant le schéma d’une sculpture minimaliste, peut devenir une sorte de trampoline métaphysique, un générateur de fantasmes, une balançoire. Balance : lat. pop. bilancia, de bis « deux foix » et lanx « plateau » (...) tout instrument qui sert à peser, à équilibrer... moyen ou manière d’apprécier, de juger les personnes et les choses... jeter... s’en moquer Théâtre pauvre : une méthode développée par J. Grotowski qui consistait à supprimer tout ce qui est excessif dans le théâtre (décors, musique, costume...). L’utilisation de ce terme peut aussi évoquer un lieu de représentation ou l’idée d’un art sans moyens donc pauvre.

Examin 1994 Installation-performance pour neuf acteurs et spectateurs La structure en bois (L 4m x l 2,5m x h 1,75m) coupe en deux l’espace dans le sens horizontal. Dans la partie supérieure, à laquelle on accède par des escaliers, on ne voit que des têtes au ras du plancher. Dans la partie basse, on voit des corps nus du cou au pied, debouts sur des socles. Les spectateurs commencent leur parcours entre les têtes et descendent ensuite déambuler entre les corps. Les deux espaces ne sont pas visibles simultanément.